La matière de MARS

Amour d’un jour ! Amour de toujours !

Les ans et les réalités trépassent,

mais jamais mes pensées ne se lassent…

Oh déesse ! Un sentiment commun nous enlace !

Pour qui ces ires?

Pour qui autant de collyres?

Exact ! Mes yeux  ne cessent de pleurer,

mon âme rebelle a envie de crier,

Crier victoire sur les affres de la passion,

mais cela pourrait soulever bien des nations!

Je suis tout et rien a la fois,

le point faible qui fit faillir Adam,

l’insensible qui ne laisse paraître d’émoi,

la poupée Vaudou de macadam.

J’ai une existence et pourtant je ne suis personne…

Le diable qui brise les nonnes ?

Je n’ai point de nature, le nucléaire qui porte l’auréole de la pâture!

Ma vie est truffée d’errata pourtant n’a point de ratures.

Dans l’art de la déréliction je suis un as,

seul la douceur des parfums de Mars,

laissent choir la viduité de ma crasse.

Laisser un commentaire