Lundi maudit

  1. Un lundi maudit

Lorsque vous quittez la maison tôt le matin pour vous rendre au travail, vous n’avez aucune idée de ce que vous réserve la journée.

Pourtant dès votre réveil vous avez pu constater que durant la nuit, une panne d’électricité s’est produite, pas très longue, direz-vous, mais vingt minutes indique votre réveil matin. Vous constatez également qu’à cause de cette panne, votre rasoir électrique qui était sur la charge, s’est arrêté. Vous devez vous raser à la main, avec une lame qui ne coupe plus et en plus ce n’est qu’à ce moment que vous vous rendez compte que vous avez oublié d’acheter de la mousse à raser.

Dans son empressement à récupérer ces vingt minutes de retard, votre femme a déchiré sa dernière paire de bas. Il vous faut courir lui en acheter. Arrivé au magasin, vous devez retourner chez vous pour chercher votre argent laissé dans la poche de vos pantalons de la veille…

Enfin vous voilà au volant de votre voiture en direction du bureau, mais la circulation est bloquée. Six voies d’accès à un pont qui n’en compte que trois. À la radio on donne l’état de la circulation et les minutes d’attente éventuelles partout ailleurs, sauf pour l’endroit où vous êtes.

Vous pianotez d’impatience sur votre volant lorsqu’un petit futé, utilise l’accotement sur votre droite et vient couper droit devant vous. Le policier en charge de la circulation fait passer tout le monde, y compris celui qui vous a coupé, et sifflet entre les dents, vous fait signe de la main d’attendre : Votre tour viendra…

Vous avez beau faire une crise de nerfs, taper sur le tableau de bord, dépenser une somme extraordinaire d’énergie nerveuse, vous êtes toujours au même endroit.

Si c’est là votre comportement, lisez la suite.

Si au contraire vous acceptez calmement la situation et que vous en profitez pour écouter la radio, pour examiner la mine des autres conducteurs en vous faisant un jeu de ce que chacun peut bien faire dans la vie ou que vous en profitez pour organiser votre journée, et bien, c’est aussi une raison de lire la suite…