Justice des hommes

De la passion,

est née l’oppression.

De l’amour,

est né le jour.

Et des êtres,

est né le paraître!

Qu’est ce qui reflétera la Haine ?

Si ce n’est l’oubli de la peine !

Si ce n’est de la veine,

qu’aurait l’allure des reines ?

Le noble châtiment,

l’emporte toujours sur l’entendement.

Quelle audace ?

Ont les hommes de punir ?

Par qui cette joie fugace,

ôterait le temps du désir ?

Si ce n’est l’homme !

L’homme, leur semblable

qui, aux yeux leur est resté indemne mais au cœur coupable.

La raison est réversible,

et le geste versatile.

La même mamelle fertile,

donne toujours vie à l’éternité !

La procréatrice a pérennisé,

et tant quelle existera,

l’utérus de la galaxie diversifiera les errata !

Les crimes sont pourtant les mêmes,

Mais ne chanteront pas comme jadis les mêmes requiem.

Nul n’ayant le droit de juger,

n’aura sans doute pas le droit de corriger.

Le châtiment reste incorrigible,

Mais pas les cibles.

L’audace est une raison,

qui l’emportera toujours sur la décision !!!!

Que les hommes de la terre soient pareils,

peu importe pour cela.

Mais que leur ignoble appareil

Sache à autrui respecter l’épiphora.

Laisser un commentaire