Infidèle

 

Oh hymenée….

Mes désirs errent dans les abysses de l’infidélité

Ce fruit défendu délicieux à croquer

Le linceul de mon amour, a dévoilé mon ignoble viduité

La viduité d’un corps enflammé et d’un mari dédaigné

La viduité d’un étalon à l’ aiguillette* déchaînée

Les affres de l’extase n’ont pu voiler ma légèreté

Cher mari pourrez-vous me pardonner?

Mon amant fidèle à sa couardise

Se justifie par une religion qui l’interdise

En se dérobant sans cesse à ma gourmandise

Hélas la vamp se plait à la traîtrise

Et insatiable, cherche sans cesse de nouvelles surprises

En spectacle, devant une assemblée assise

Joue à demi mot à la sadique  soumise

Cher amant supporterez vous cette méprise?

L’amant et le mari consumés par l’infidèle

Se laissent poser une salace attelle

Celle d’une éternelle perdition charnelle

Oh hommes! serai-je à jamais votre coquine pucelle?

 

 

Laisser un commentaire