Cher ami

Cher ami

Entends – tu les vagues de la mer flétrir ?

Ouïes – tu la cime héler des nénies ,

Lorsque la lugubre clarté du soleil se repose,

Lorsque les bras du ciel se croisent,

Lorsque le cœur du ciel,

A ses entrailles se dérobe ?

J’ai vu briller les ongles de l’univers ,

J’ai vu les saints s’embraser

Dans un désespoir saccadé .

J’ai aperçu les cénotaphes dans le ciel

Sur lesquels coulaient les larmes de Raphael

De mes yeux , j’ai vu des bouts de nuages au cimetière

Mon “moi” a gémi par affliction

Sans comprendre le pourquoi du devenir !

Oui dans les ires du “là haut”

Mon subconscient a aperçu le chaos .

 

 

 

Laisser un commentaire