• Une pensée est un fait

    Le pouvoir qui caractérise le succès est le pouvoir de la pensée.

    Il y a quelques années, un désir naissait dans le cerveau d’Edwin BARNES : devenir l’associé du grand EDISON, travailler avec et non pour l’inventeur.

    Mais comment transformer ce désir en réalité?

    BARNES ne connaissait pas EDISON et, de plus, il n’avait pas de quoi s’offrir le train jusqu’à East Orange dans le Jersey.Ces deux obstacles auraient suffi à décourager la plupart des gens, BARNES allait les surmonter par son obstination et sa volonté.

    Une pensée est véritablement un fait puissant lorsqu’elle allie un but défini, une décision constante de mener celui-ci à bien , et un désir brûlant d’atteindre à la richesse ou à n’importe quel autre objectif du même ordre.

    Edison le regarda…

    Des années d’expérience m’avaient appris qu’un homme qui désire une chose à un point tel qu’il est capable pour l’obtenir de jouer tout son avenir sur un simple coup de dé, est sûr de gagner.

    L’histoire des hommes serait bien différente si ceux-ci avaient un seul but précis et s’y tenaient jusqu’à le transformer en une obsession tenace! Le jeune Barnes l’ignorait peut-être à cette époque, mais son obstination et son acharnement allaient avoir finalement raison de tous les obstacles.

    La chance entre par une porte dérobée…

    Barnes désirait fortement devenir l’associé d’Edison, il savait ce qu’il voulait et persévérait jusqu’à la réalisation de son désir. enfin l’occasion qu’il attendait se présenta, mais pas du tout comme il l’avait imaginée.

    L’homme qui abandonna…

    Pourquoi échouons-nous dans nos entreprises? Le plus souvent parce que, découragés par ce que nous croyons être un échec définitif, nous abandonnons la partie. Nous sommes tous passés par là, un jour ou l’autre.

    A l’époque de la ruée vers l’or, un oncle de Darby partir vers l’Ouest faire fortune. Il ne savait pas que les pensées des hommes recèlent plus d’or que la terre n’en eut et n’en aura jamais.

    Le succès suit l’échec

    Le succès vient rarement sans que l’on ait d’abords essuyé plusieurs échecs. Lorsque l’échec parait total, quoi de plus logique et de plus facile que de renoncer? C’est exactement ce que font la plupart des gens. J’ai interrogé plus de cinq cents américains parmi ceux qui ont le mieux réussi. Tous m’ont confié qu’ils avaient connu leur plus grand succès immédiatement après un échec qui semblait sans espoir. Souvent, l’échec , comme s’il voulait jouer un bon tour, ne fait que masquer la réussite qui est en fait beaucoup plus proche qu’on le pense.

    Le “oui” masque le “non”

    “Cette expérience m’a été finalement d’un grand secours, elle m’a appris à tenir coûte que coûte malgré toutes les difficultés et c’était une leçon dont j’avais grand besoin pour entreprendre quoi que ce soit avec succès.”

    Mais tout le monde ne médite pas sur des échecs afin d’en faire des succès éclatants; d’ailleurs comment savoir que l’échec est la première étape du succès?

    Ayez une seule bonne idée et vous réussirez

    Une bonne idée, c’est tout ce qu’il faut pour réussir. Mais me direz-vous, comment la trouver? Les principes dont je fais état dans ce livre vous l’apprendront.

    Lorsque l’argent afflue, c’est si rapidement et en si grande quantité que l’on se demande toujours où il se cachait durant les années de vaches maigres.

    Le succès vient aux optimistes comme l’échec va aux défaitistes.

    Notre ambition est de changer le défaitiste en optimiste.

    Trop de gens aiment le mot “impossible” et beaucoup ont aussi un autre défaut, celui de juger êtres et choses en fonction d’eux-mêmes.

    Nous refusons de croire à ce qui nous dépasse, nous pensons, fous que nous sommes, que nos limites sont celles de tout le monde et trouvons les yeux des autres “bizarres” parce qu’ils sont différents des nôtres.

    Je le veux, je l’aurai !

    Un jour, Henry Ford imagina un moteur dans lequel les huit cylindres ne feraient qu’un seul bloc (le fameux V8). Il demanda à ses ingénieurs de le lui dessiner. Ceux-ci, après étude, conclurent qu’il était impossible de couler un moteur de huit cylindres en une seule pièce.

    “Faites-le quand même” leur dit Ford. “Mais c’est impossible!”. “Recommencez, commanda Ford, et mettez-y tout le temps qu’il faudra.” Il se mirent au travail: c’était la seule chose à faire s’ils désiraient conserver leur place. Six mois passèrent, puis six autres. Lors de la conférence de fin d’année, Ford les interrogea et ils ne purent que lui confirmer l’échec de leur mission. “Continuez, leur dit Ford. Je le veux, je l’aurai!”. Ils reprirent leur étude et un beau jour, comme par magie, ils découvrirent le secret de la construction.Une fois de plus l’obstination de Ford avait vaincu l’obstacle.

    La vérité n’a pas échappé à un poète

    “Je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme.” Henley

    Comme Edwin Barnes, vous pouvez être pauvrement vêtu et n’avoir pas le sou; qu’importe si vous avez en vous un désir assez puissant pour ne plus agir qu’en fonction de cet impératif qui vous conduira à la réussite.

    TOUT CE A QUOI L’HOMME PENSE ET CROIT PEUT SE REALISER