• Troisième étape vers la richesse: l’autosuggestion

    Faites travailler la partie la plus vive de votre esprit; rendez-la sensible à l’émotion et le résultat sera prodigieux.

    On appelle autosuggestion toute suggestion que l’on s’adresse à soi-même et qui, par l’intermédiaire des cinq sens, atteint notre cerveau. C’est un agent de communication entre conscient et le subconscient.

    La nature a donné à l’homme le pouvoir de contrôler par ses cinq sens tout ce qui touche le subconscient. Mais l’homme ne se rend pas toujours compte qu’il peut exercer ce contrôle. Ce qui explique pourquoi tant de gens restent pauvres toute leur vie.

    Par l’autosuggestion un individu peut nourrir son subconscient de pensées constructives ou, au contraire, permettre à des pensées destructrices de s’épanouir dans le riche jardin de son esprit.

    Pour agir sur votre subconscient, pensez avec émotion

    Votre subconscient ne peut réagir qu’animé par des pensées empreintes d’émotion.

    Cette condition est de toute première importance et justifie nos nombreuses redites.

    De plus, vous devez croire à ce que vous dites.

    Vous seul aurez à décider si le but que vous poursuivez vaut le prix que vous devez payer.

    Si vous savez, jusqu’à ce qu’il devienne une rayonnante obsession, vous concentrer sur un désir, il est probable que vous saurez utiliser l’autosuggestion.

    Regardez-vous faire fortune

    Lorsque vous aurez fixé le montant exact de la somme dont vous avez besoin, concentrez-vous sur elle, les yeux fermés.

    Le subconscient, et c’est là un fait des plus significatifs, accepte tout ordre qui lui est donné et que souvent il faut lui répéter. Influencez-le. Faites-lui croire, parce que vous y croyez consciemment, qu’il est de son devoir de dresser les plans d’une action qui vous permettra, le plus tôt possible, d’entrer en possession de votre bien…

    L’inspiration vous guidera

    Restez éveillé et satisfait comme si vous étiez en possession de votre bien. Le plan du subconscient vous atteindra probablement sous forme d'”inspiration”. Sachez la reconnaître, emparez-vous-en et appliquez-la.

    Votre subconscient va travailler…

    1. Le soir dans votre lit ou retiré dans un endroit tranquille où vous ne serez ni distrait ni dérangé, fermez les yeux et répétez à haute voix(de façon à entendre vos propres mots) la déclaration que vous avez écrite et qui fixe le montant de la somme que vous désirez acquérir, le délai que vous vous êtes fixé et la description des services ou des biens que vous donnerez en échange. En même temps, imaginez-vous déjà en possession de l’argent. Exemple: vous décidez que dans 5 ans, le premier janvier de l’année X…Vous aurez en votre possession 50.000 francs et qu’en échange, vous avez l’intention de travailler comme vendeur.
    2. Répétez ce programme nuit et jour jusqu’à ce  que vous puissiez voir (dans votre imagination) l’argent que vous désirez ardemment.
    3. Placez-en une copie là où elle sera bien visible et jusqu’à ce que vous la sachiez par cœur, lisez-la avant de vous endormir et en vous réveillant.

    Souvenez-vous que vous appliquez ainsi le principe d’autosuggestion dans le but de donner des ordres à votre subconscient. Rappelez-vous aussi que celui-ci n’agira que si vos émotions sont empreinte d’émotions. La foi est la plus forte et la plus productive des émotions. Le temps viendra où, si vous faites ce que l’on vous a conseillé de faire, en esprit et en actes, la puissance sera à votre portée.

    Pourquoi vous êtes maître de votre destin

    Les idées nouvelles entraînent toujours un certain scepticisme. Mais si vous suivez nos instructions, votre scepticisme cédera vite la place à une foi absolue.

    De nombreux philosophes ont constaté que l’homme est le maître de son destin terrestre, mais la plupart n’ont pas pu nous dire pourquoi il en est ainsi. L’homme peut devenir son maître et celui de tout ce qui l’entoure, parce qu’il possède le pouvoir d’influencer son propre subconscient.

    La concrétisation du désir nécessite l’autosuggestion.

    Vous avez un sixième sens, mais vous n’avez besoin que de cinq sens pour contrôler les pensées qui atteignent votre subconscient. Lorsque vous saurez exercer ce contrôle, votre subconscient vous mènera, si vous le désirez, à la prospérité.

    “Attendre le bon moment” est le meilleur moyen d’échouer.

    Tout malheur porte en lui le germe d’un grand bonheur.

  • Deuxième étape vers la richesse: la foi

    Une foi judicieusement orientée donne à chacune de nos pensées une puissance fabuleuse.

    Vous atteindrez les sommets les plus hauts poussé par la force de cette nouvelle confiance en vous.

    Les émotions qui relèvent de la foi, de l’amour, du désir physique sont les plus puissantes des émotions positives.

    Conjuguées, elles influencent intensément le processus du subconscient qui dirige la réponse concrète.

    Vous n’aurez la foi que si vous la cherchez

    La foi est un état d’esprit que l’on acquiert en affirmant ou en répétant des instructions au subconscient qui joue un très grand rôle dans la concrétisation du désir.

    La seule façon de développer volontairement la foi est de répéter à son subconscient des ordres affirmatifs.

    Toutes les pensées qui ont été ressenties et pétries de foi se transforment d’elles-mêmes en leur équivalent physique.

    Nous avons retenu que les pensées, stimulées par la foi, atteignent et influencent le subconscient.

    Précisons que toute pensée agit de même, qu’elle soit animée par un sentiment positif ou par un sentiment négatif.

    Ceux qui pensent qu’ils n’ont pas de “chance”

    Rappelons qu’il ne suffit pas, pour voir transformer un désir en son équivalent physique, de l’imposer au subconscient. Encore faut-il croire à la mutation.

    La foi est l’élément qui détermine l’action de votre subconscient. Si cela est nécessaire rien ne vous empêche d’en abuser.

    Le subconscient transformera en son équivalent physique n’importe quel ordre donné par celui qui croit en sa réalisation.

    Vous devez encourager les idées positives à dominer votre pensée et bannir à jamais les idées noires. c’est essentiel.

    La foi rend la pensée puissante

    “La foi est un état d’esprit qui se crée par autosuggestion”.

    la foi est un “éternel élixir” qui donne à la pensée la vie, la puissance et l’impulsion créatrice.

    La foi est le premier pas vers la richesse.

    La foi est à la base de tous les miracles et mystères qui ne peuvent être expliqués par la science.

    La foi est le seul antidote connu de l’échec.

    La foi transforme en son équivalent spirituel la pensée créée par le cerveau limité de l’homme.

    Seule la foi permet aux hommes de capter la force cosmique de l’Intelligence Infinie et de l’utiliser.

    Les pensées dominantes de votre esprit

    Les pensées dominantes d’un homme le différencient d’un autre et le font ce qu’il est.

    Les pensées qui sont accompagnées d’un sentiment émotionnel constituent une force magnétique qui attire des pensées similaires ou qui ont quelque rapport avec elles.

    L’esprit humain capte continuellement des ondes qui s’accordent avec ses pensées.

    Comment se greffe dans notre esprit la graine originelle d’une idée? La réponse est simple: par la répétition de la pensée.

    Prenez la résolution de ne vous laisser influencer en rien et de bâtir votre propre vie comme vous l’avez décidé.

    Cinq règles pour avoir confiance en soi

    1- Je sais que je suis capable d’atteindre le but que je me suis fixé; en conséquence, j’exige de moi-même une action continue et inlassable.

    2- Je sais que mes pensées dominantes passeront par plusieurs stades avant de se transformer en réalité physique; c’est pourquoi je consacrerai 30 minutes par jour à penser à l’homme que j’ai l’intention de devenir et de m’en faire une image précise.

    3- Je sais que, grâce au principe de l’autosuggestion, n’importe quel désir que je garderai obstinément dans mon esprit se manifestera bientôt par des signes extérieurs avant d’atteindre enfin le but fixé. C’est pourquoi je consacrerai dix minutes par jour à exiger de moi-même une plus grande confiance.

    4- J’ai rédigé une description très claire du but précis que je me suis fixé et je ne cesserai d’essayer de le réaliser.

    5- Je sais parfaitement bien qu’une richesse mal acquise est un château construit sur du sable; elle ne saurait durer.

    Je réussirai en attirant les forces dont j’ai besoin et, en étant toujours le premier à rendre service, je donnerais à mes semblables l’envie de m’aider.

    Je signerais cette déclaration, je l’apprendrai par cœur et je la répéterai une fois par jour à haute voix en croyant, sans réserve, que j’atteindrais alors la confiance en moi et le succès que je vise.

    Toutes les pensées ont tendance à se transformer d’elles-mêmes en leur équivalent physique.

    Vous pouvez vous imaginer dans la pire des catastrophes

    Le subconscient ne fait pas la différence entre les pensées positives ou négatives; il travaille avec les matériaux qu’on lui donne et il concrétise aussi bien une pensée de peur qu’une autre engendrée par le courage.

    De même que l’électricité est une arme à deux tranchants; elle rend des services inestimables mais peut apporter la mort.

    L’homme qui tôt ou tard remporte la victoire est celui qui PENSE QU’IL EN EST CAPABLE !

    La grande expérience de l’amour

    Quelque part dans votre esprit stagne la graine de la réussite qui activée vous fera atteindre des sommets dont vous n’aviez jamais osé rêver.

    Jusqu’à 40 ans et plus, Abraham LINCOLN rata tout ce qu’il entreprenait. Il fit les frais d’une certaine expérience qui devait éveiller en lui le génie et donner au monde l’un de ses grands hommes. Cette expérience tissée de chagrin et d’amour, il la dut à Ann RUTLEDGE, la seule femme qu’il aima.

    Il est bien connu que le sentiment d’amour crée un état d’esprit très proche de celui qu’engendre la foi, car l’amour lui aussi peut transformer la pensée en son équivalent physique.

    S’il vous faut une preuve du pouvoir de la foi, étudiez les hauts faits de ceux qui la possèdent et d’abord de Jésus de Nazareth.

    Les actes du Christ que l’on a qualifiés de “miracles” n’étaient rien d’autre que des phénomènes qui se produisaient grâce à un certain état d’esprit connu sous le nom de foi!

    Un autre exemple du pouvoir extraordinaire de la foi nous est donné par le Mahatma GANDHI. C’était l’homme le plus puissant de son époque et pourtant il ne possédait aucun des attributs habituels du pouvoir tels que l’argent, une flotte, des soldats et un matériel de guerre. Gandhi n’avait pas d’argent, pas de maison, même pas un costume mais il était puissant.

    Cette force qu’il avait créée parce que, profondément croyant, il était capable de communiquer sa foi à deux cent millions de personnes.

    Seule la foi peut réussir pareil exploit.

    Donner pour gagner

    Parce que la foi et la coopération sont indispensables au commerce et à l’industrie, il serait à la fois intéressant et fructueux d’analyser la méthode q’utilisent industriels et hommes d’affaires et qui consiste à donner avant d’essayer de gagner.

    La richesse commence par une pensée

    une organisation géante fut créée par l’esprit d’un seul homme.Sa foi, son désir, son imagination, son obstination ont été les éléments qui firent l’United States Steel Corporation. l’idée de Charles M. Schwab, porté par la foi qu’il communiqua à Morgan et aux autres, rapporta approximativement 600.000.000 de dollars. Ce qui pour une seule idée, n’est pas mal!

    La richesse commence par une pensée!

    L’ampleur en est fixée par la personne qui a engendré la pensée.

    Pauvreté et richesse sont toutes deux filles de la foi.

  • Première étape vers la fortune: le désir.

    C’est le désir qui transforme vos rêves en réalité. Plus vous demanderez à la vie plus vous recevrez d’elle.

    Lorsqu’il y a plus de cinquante ans, Edwin C. BARNES descendit du train à East Orange, il aurait facilement pu passer pour un vagabond tant il était vêtu pauvrement; cependant ses pensées étaient celles d’un roi!
    Mais alors son désir était devenu réalité: Barnes était l’asocié de Thomas EDISON.
    Il avait réussi parce qu’il avait voulu de tout son corps et de toute son âme mener à bien le but précis qu’il s’était choisi.

    Pas de retraite possible

    Lors de son voyage à East Orange, il ne se disait pas:je vais demander à Edison de me trouver un travail, n’importe lequel, mais bien : “je verrais Edison et préciserai que je veux faire affaire avec lui.”
    Mais il se répétait fermement:”je ne désire qu’une chose: être l’associé d’Edison. Et je le deviendrai. mon avenir dépend uniquement de la persuasion dont j’userai aux fins d’obtenir ce que je veux.”
    Volontairement il ne se ménagea aucune porte de sortie. Il devait vaincre ou mourir!

    Tout le secret de la réussite de Barnes est là.

    Il brûla ses vaisseaux

    Celui qui veut réussir doit brûler ses vaisseaux se coupant ainsi toute retraite. Cette méthode engendrera chez lui un état d’esprit qui est la clé du succès.

    Tout être humain, à un moment donné, souhaite avoir de l’argent. Or, il ne suffit pas de souhaiter être riche pour le devenir, il faut désirer jusqu’à l’obsession, bâtir dans ce but un plan précis et s’y tenir avec une persévérance de tous les instants.

    Six instructions qui transforment vos désir en or:

    1- Fixez le montant exact de la somme que vous désirez

    2- Sachez exactement ce que vous allez donner en échange de l’argent que vous désirez. On a rien pour rien.

    3- Fixez avec précision la date à laquelle vous voulez être en possession de cet argent.

    4- Établissez le plan et commencez immédiatement l’application même si vous jugez que vous n’êtes pas encore prêts.

    5- Ecrivez clairement sur un papier tout ce que vous avez fait aux points ci-dessus.

    6- Lisez ce papier à haute voix deux fois par jour: le soir avant de vous endormir et le matin en vous réveillant. Pendant votre lecture, il est essentiel que vous vous visualisez déjà en possession de cet argent.

    Des instructions qui valent 100.000.000 de dollars

    Sachez dès maintenant que vous ne gagnerez jamais beaucoup d’argent si vous n’en avez pas le désir ardent et si au fond de vous-même vous ne le croyez pas possible.

    De beaux rêves peuvent vous apporter la richesse

    Le monde moderne dans lequel nous vivons a besoin de nouvelles idées, nouveaux chefs, nouvelles inventions, nouvelle méthodes d’enseignement de vente commerciale, littérature, techniques pour la télévision, le cinéma…

    Rappelez-vous que ceux qui ont dominé le monde, les vrais chefs de l’humanité, sont ceux qui ont converti leurs pensées en gratte-ciel, en villes, en usines, en automobiles…

    Par la force de leurs pensées, ils ont créé des biens matériels. Il savaient ce qu’ils voulaient et le désiraient ardemment.

    Si ce que vous désirez entreprendre n’est réprouvé ni par la loi, ni par la morale, si vous y croyez, alors n’hésitez pas: faites-le et persévérez dans votre entreprise. Qu’importe ce que “les autres” diront si d’abords vous échouez. Ils ne savent pas que tout échec porte en lui le germe de la réussite.

    Prenez l’exemple de Thomas EDISON, qui rêva d’une lampe électrique et la réalisa après 10.000 échecs!

    Whelan rêva d’une chaîne de magasins de tabacs et actuellement l’Unions des Magasins de tabac occupe en Amérique quelques uns des meilleurs emplacements.

    Les frères Wright rêvèrent d’une machine qui s’élèveraient dans les airs.

    Marconi rêva d’un système qui dompterait les forces intangibles de l’atmosphère.

    Chaque radio, chaque télévision dans le monde est une preuve qu’il ne rêva pas en vain

    Lorsqu’il annonça à ses intimes qu’il avait découvert le moyen d’envoyer des messages à travers l’atmosphère sans l’aide des fils ni d’aucun intermédiaire, des amis affolés le firent surveiller et le contraignirent même à un examen psychiatrique.

    Le désir suit immédiatement le rêve

    Si vous êtes paresseux ou peu ambitieux, vous ne réaliserez pas votre rêve; il faut pour le mener à bien que vous ayez un désir ardent de vous imposer.

    Rappelez-vous que tous ceux qui ont réussi ont connu de nombreuses désillusions et des moments difficiles . Souvent des crises graves leur ont ouvert de nouveaux horizons et leur ont fait découvrir leur être véritable.

    John Bunyan écrivit le voyage du pélérin (Pilgrim’s Progress) un chef d’oeuvre de la littérature anglaise, après avoir été emprisonné pour ses idées religieuses.

    O. Henry vit fondre sur lui de grandes épreuves. L’une fut à l’origine de son génie. Emprisonné à Columbus dans l’Ohio et conduit ainsi à découvrir son être véritable, il devint grand écrivain.

    Charles DICKENS débuta en collant des étiquettes sur des flacons. Il ressentit si vivement le drame de son premier amour qu’il devint l’un des plus grands écrivains du XIXème siècle avec un de ses chefs d’oeuvre: “David COPPERFIELD”.

    Robert BURNS, petit campagnard illettré, était promis à la pauvreté et à la boisson. Mais son oeuvre poétique s’épanouit comme une rose qu’il aurait fait pousser dans la boue.

    Beethoven etait sourd et Milton aveugle. Mais tous deux concrétisèrent leurs rêves et figurent au panthéon des hommes célèbres.

    Il y a une différence entre vouloir une chose et être prêt à la recevoir. On ne peut être prêt pour quelque chose si on ne croit pas fermement pouvoir l’acquérir: l’espoir ou la volonté ne suffisent pas, il faut encore la foi.

    Le désir rend possible “l’impossible”

    Tout revers porte le germe de la réussite.

    Conjugués, la foi et un désir ardent ont un puissant pouvoir créateur.

    Par un étrange et puissant processus de “chimie mentale” qu’elle ne nous a jamais dévoilé, Dame Nature a fait qu’un désir ardent abolit l’impossible et l’idée même de l’échec.

    Lorsque le désir vous pousse à conjuguer tous vos efforts vers la victoire, ne vous ménagez aucune retraite et cette victoire sera vôtre.

    Notre esprit n’a pour limites que celles que nous lui reconnaissons.

  • Une pensée est un fait

    Le pouvoir qui caractérise le succès est le pouvoir de la pensée.

    Il y a quelques années, un désir naissait dans le cerveau d’Edwin BARNES : devenir l’associé du grand EDISON, travailler avec et non pour l’inventeur.

    Mais comment transformer ce désir en réalité?

    BARNES ne connaissait pas EDISON et, de plus, il n’avait pas de quoi s’offrir le train jusqu’à East Orange dans le Jersey.Ces deux obstacles auraient suffi à décourager la plupart des gens, BARNES allait les surmonter par son obstination et sa volonté.

    Une pensée est véritablement un fait puissant lorsqu’elle allie un but défini, une décision constante de mener celui-ci à bien , et un désir brûlant d’atteindre à la richesse ou à n’importe quel autre objectif du même ordre.

    Edison le regarda…

    Des années d’expérience m’avaient appris qu’un homme qui désire une chose à un point tel qu’il est capable pour l’obtenir de jouer tout son avenir sur un simple coup de dé, est sûr de gagner.

    L’histoire des hommes serait bien différente si ceux-ci avaient un seul but précis et s’y tenaient jusqu’à le transformer en une obsession tenace! Le jeune Barnes l’ignorait peut-être à cette époque, mais son obstination et son acharnement allaient avoir finalement raison de tous les obstacles.

    La chance entre par une porte dérobée…

    Barnes désirait fortement devenir l’associé d’Edison, il savait ce qu’il voulait et persévérait jusqu’à la réalisation de son désir. enfin l’occasion qu’il attendait se présenta, mais pas du tout comme il l’avait imaginée.

    L’homme qui abandonna…

    Pourquoi échouons-nous dans nos entreprises? Le plus souvent parce que, découragés par ce que nous croyons être un échec définitif, nous abandonnons la partie. Nous sommes tous passés par là, un jour ou l’autre.

    A l’époque de la ruée vers l’or, un oncle de Darby partir vers l’Ouest faire fortune. Il ne savait pas que les pensées des hommes recèlent plus d’or que la terre n’en eut et n’en aura jamais.

    Le succès suit l’échec

    Le succès vient rarement sans que l’on ait d’abords essuyé plusieurs échecs. Lorsque l’échec parait total, quoi de plus logique et de plus facile que de renoncer? C’est exactement ce que font la plupart des gens. J’ai interrogé plus de cinq cents américains parmi ceux qui ont le mieux réussi. Tous m’ont confié qu’ils avaient connu leur plus grand succès immédiatement après un échec qui semblait sans espoir. Souvent, l’échec , comme s’il voulait jouer un bon tour, ne fait que masquer la réussite qui est en fait beaucoup plus proche qu’on le pense.

    Le “oui” masque le “non”

    “Cette expérience m’a été finalement d’un grand secours, elle m’a appris à tenir coûte que coûte malgré toutes les difficultés et c’était une leçon dont j’avais grand besoin pour entreprendre quoi que ce soit avec succès.”

    Mais tout le monde ne médite pas sur des échecs afin d’en faire des succès éclatants; d’ailleurs comment savoir que l’échec est la première étape du succès?

    Ayez une seule bonne idée et vous réussirez

    Une bonne idée, c’est tout ce qu’il faut pour réussir. Mais me direz-vous, comment la trouver? Les principes dont je fais état dans ce livre vous l’apprendront.

    Lorsque l’argent afflue, c’est si rapidement et en si grande quantité que l’on se demande toujours où il se cachait durant les années de vaches maigres.

    Le succès vient aux optimistes comme l’échec va aux défaitistes.

    Notre ambition est de changer le défaitiste en optimiste.

    Trop de gens aiment le mot “impossible” et beaucoup ont aussi un autre défaut, celui de juger êtres et choses en fonction d’eux-mêmes.

    Nous refusons de croire à ce qui nous dépasse, nous pensons, fous que nous sommes, que nos limites sont celles de tout le monde et trouvons les yeux des autres “bizarres” parce qu’ils sont différents des nôtres.

    Je le veux, je l’aurai !

    Un jour, Henry Ford imagina un moteur dans lequel les huit cylindres ne feraient qu’un seul bloc (le fameux V8). Il demanda à ses ingénieurs de le lui dessiner. Ceux-ci, après étude, conclurent qu’il était impossible de couler un moteur de huit cylindres en une seule pièce.

    “Faites-le quand même” leur dit Ford. “Mais c’est impossible!”. “Recommencez, commanda Ford, et mettez-y tout le temps qu’il faudra.” Il se mirent au travail: c’était la seule chose à faire s’ils désiraient conserver leur place. Six mois passèrent, puis six autres. Lors de la conférence de fin d’année, Ford les interrogea et ils ne purent que lui confirmer l’échec de leur mission. “Continuez, leur dit Ford. Je le veux, je l’aurai!”. Ils reprirent leur étude et un beau jour, comme par magie, ils découvrirent le secret de la construction.Une fois de plus l’obstination de Ford avait vaincu l’obstacle.

    La vérité n’a pas échappé à un poète

    “Je suis le maître de mon destin, le capitaine de mon âme.” Henley

    Comme Edwin Barnes, vous pouvez être pauvrement vêtu et n’avoir pas le sou; qu’importe si vous avez en vous un désir assez puissant pour ne plus agir qu’en fonction de cet impératif qui vous conduira à la réussite.

    TOUT CE A QUOI L’HOMME PENSE ET CROIT PEUT SE REALISER

  • Le tournant de votre vie

    Si vous êtes préparé à le recevoir, à un moment donné le secret dont je parle jaillira de votre lecture et vous apparaîtra, bien visible. Vous le reconnaîtrez immédiatement. Cet instant maquera le tournant de votre vie.

    Rappelez-vous que ce livre(“Réfléchissez et devenez riche”) traite de faits réels et non de fiction et que son but est de faire connaître une vérité universelle qui apprendra à tous ceux qui s’y sont préparés ce qu’il faut faire et comment il faut le faire! Ils en retireront également le stimulant indispensable à un bon départ.

    Toute réussite, toute fortune, débute par une idée!

    Si vous êtes prêt à recevoir le secret, vous en possédez déjà une moitié; le moment venu, vous reconnaîtrez aisément l’autre.

    Napoléon HILL

  • Le secret parle à celui qui l’écoute

    Si vous avez été découragé, si, ayant eu des difficultés à surmonter, vous avez échoué, si vous avez été diminué par la maladie ou par une infirmité physique, le récit de la découverte de mon fils et de l’utilisation qu’il fit de la formule de Andrew CARNEGIE vous prouvera qu’elle est l’oasis vainement cherchée dans le Désert des Espoirs Perdus.

    Ce secret fut largement utilisé par le Président Wilson durant la première guerre mondiale. Il était dissimulé dans l’entraînement que reçut chaque soldat avant de partir pour le front et aida pour trouver les fonds nécessaires à la guerre.

    Avoir quelque chose pour rien, est-ce possible?

    Le secret dont je parle ne s’acquiert que si l’on en paie le prix d’ailleurs moins élevé que sa valeur. L’instruction ne joue là aucun rôle. Bien avant que je sois né, ce secret était en possession de Thomas EDISON qui l’utilisa avec tant d’intelligence qu’il devint le plus grand inventeur du monde bien qu’il n’ait été que trois mois à l’école. Edwin BARNES, l’associé d’EDISON, en fit usage avec une telle efficacité qu’il fut rapidement à la tête d’une fortune et se retira des affaires alors qu’il était encore jeune. Elle devrait vous convaincre de ce que la richesse est à votre portée. Vous pouvez encore devenir ce que vous avez rêvé d’être; l’argent, la célébrité et le bonheur.

    Comment sais-je tout cela?

    Pendant vingt ans de recherches entreprises à la demande de CARNEGIE, j’ai questionné des centaines de personnages célèbres et nombreux furent ceux qui m’avouèrent qu’ils avaient acquis leur fortune grâce au secret de CARNEGIE:

    Henry FORD                       King GILLETTE                    John Wanamaker                   Le juge Daniel T. WRIGHT

    William WRIGLEY Jr           Ralph WEEKS                      James HILL                            John ROCKEFELLER

    Georges PARKER               Thomas EDISON                 Frank VANDERLIP                 Henry DOHERTY

    Cyrus CURTIS                    Col. Robert DOLLAR            E. STATLER                          Georges EASTMAN

    Edward FILENE                  Charles SCHWAB                 Edwin BARNES                      Harris WILLIAMS

    Arthur NASH                       Dr Frank GUNSAULUS         Theodore ROOSVELT           Daniel WILLARD

    John DAVIS                        Elbert HUBBARD                   Elbert GARY                           Wilbur WRIGHT

    Clarence DARROW            William JENNINGS                Dr Alexander G. BELL            Dr David JORDAN

    John PATTERSON             Odgen ARMOUR                   Julius ROSENWALD               Arthur BRISBANE

    Stuart Austin WIER             Wilson WOODROW               Dr Frank CRANE                    William HOWARD

    George ALEXANDER          Luther BURBANK                  J. G. CHAPLINE                      Edward BOK

    U.S. Sen. Jennings RANDOLPH                                       Frank A. MUNSEY

  • L’île aux détritus: deuxième jour

    J’ai fait un songe…

     A l’aube du deuxième jour, mon sommeil fut troublé par un chant d’oiseau lointain qui résonnait comme une complainte mélancolique. Ce lugubre bruit me rappela vite que je devais me relever pour revivre la réalité de mon naufrage sur l’île aux détritus.

     Comme ayant reçu l’ordre de me nuire particulièrement, une mouche sauvage aux pas de danse trépidants et en cadence avec son chant tout aussi nuisible, comme se réjouissant de je ne sais trop quoi, avait choisi mon visage pour lieu de célébration et ne me laissait plus d’autre choix que de me lever pour échapper à cette torture.

     C’est en me levant que je réalisai combien mon « nid » était loin d’être le cadre douillet et reposant que j’avais toujours connu depuis mes plus tendres jours. Je venais de passer une nuit dans un univers semblable à ce que j’avais souvent vu dans les films caricatures de la vie des simples hommes des forêts des cinq continents confondus.

     Il devait être six heures et on pouvait admirer le reflet du soleil levant sur le visage de la mer encore endormie. J’avais à peine commencé à savourer ce panorama unique de la nature que les douleurs de mon corps encore meurtri par les contorsions que j’avais dû subir en m’accommodant à mon « nid » toute la nuit m’intimèrent l’ordre de me rallonger pour reconsidérer la manière dont je voulais démarrer ma journée. Que présageait cette interruption subite de ce pur moment d’évasion que je voulais m’offrir?

     Comment gérer la douleur sans mes comprimés? Je n’en avais pas eu l’habitude. Pas de boite à pharmacie ! Pas d’eau chaude pour prendre un bain relaxant! Même pas un voisin bienveillant pour compatir avec moi!! Je ne pus retenir mes larmes car il fallait bien exprimer cette profonde frustration qui était encore plus douloureuse que ce que je ressentais dans mon corps. Au bout de quelques minutes, je réalisai fort heureusement que ma thérapie ne marchait pas. Au contraire, elle plongeait mon âme angoissée dans un état de morosité qui ne cadrait pas avec la beauté que dégageait le reflet apaisant du soleil levant sur le visage de la mer encore endormie. Je résolu alors de faire fi de cette douleur et de me perdre définitivement dans le concert de la nature matinale.

     Aussitôt que j’avais plongé mon regard dans la mer, ignorant le message de mes muscles, je vis au loin une pirogue de pêcheurs qui s’éloignaient après leur nuit de pêche (j’imaginais). J’étais bien surprise de voir qu’il pouvait y avoir d’autres vies humaines que la mienne dans l’environnement de l’île aux détritus.

     A suivre…

  • L’île aux détritus: premier jour

    J’ai fait un songe.

    Un jour je me suis retrouvée sur une île de détritus, sans moyen de retourner chez moi.

    Il a fallu que j’apprenne à vivre dans cet environnement.

    J’ai consacré la première matinée à la revue de mes meilleurs souvenirs de belle vie et de compagnies agréables en mimant un chant mélancolique et en écrasant une petite larme de temps à autre pour donner une âme à ma complainte.

    L’après-midi, saisie par la faim qui me tenaillait les viscères, j’ai regardé autour de moi pour trouver quelque chose à  manger. Pendant ma recherche, j’ai  retrouvé  dans les débris échoués sur la plage, des parties de vieilles marmites qui m’ont rappelé tout ce que j’aurais pu avoir à manger chez moi. J’en ai pleuré en me demandant quel terrible péché j’avais pu commettre pour que le « BON » Dieu me mette dans cette situation.

    Après avoir parcouru quelques kilomètres, j’ai découvert un bananier et, fort heureusement, il s’y trouvait quelques fruits presque mûrs. Quel régal lorsque vous vous venez de passer vingt-quatre heures affamé ! Je les ai dévorées en m’imaginant que j’étais assise confortablement dans ma maison. Un pur moment d’évasion…

    Mon repas terminé, la nuit tombant, il a fallu que je me trouve un « abri » pour la nuit après avoir été battue par les vents marins. Quelques ramassis de feuilles, des moyens de survie inspirés du film de Robinson Crusoé, en réalité suivant simplement mon instinct naturel pour retrouver le minimum de confort vital, voilà mon nid pour la nuit. Je me suis finalement endormie de fatigue malgré l’inconfort de ma couche. La fatigue aidant, j’ai eu un sommeil profond bercée par la mélancolie de cette expérience.

    Une succession de déboires… ainsi fut mon premier jour sur l’’île au détritus.

    A suivre…

  • “Tomber est permis; se relever est ordonné” proverbe russe

    Ce proverbe est une interpellation à la fois simple et radicale.

    Vous avez l’impression d’être tombé? Eh bien, parlons-en!

    “Tomber est permis; se relever est ordonné”.

    ReussiteEchec

    “Tomber est permis…”
    Nous ne snoberons pas l’étymologie du français.Nous nous référerons donc au dictionnaire.
    Que signifie “tomber”? Tomber c’est chuter d’une hauteur.
    Pour mieux comprendre, contextualisons la définition.
    Que vous tombiez d’un arbre, d’un immeuble ou simplement d’une chaise, vous avez chuté d’une hauteur.
    Cette notion est encore plus intéressante lorsque la hauteur est sociale.
    Vous vous imaginez?

    Il y a pas longtemps, vous étiez un grand champion sportif qui enchaînait médailles et trophées importants de votre discipline.Sportive prolifique

    Ou un bureaucrate bien payé, travaillant pour une grande entreprise du pays.
    La réussite, vous l’avez connue et savourée.
    Vous rouliez en voiture de grande marque, logé dans un bel appartement d’un quartier huppé de la ville.Riche bureaucrate
    Votre salaire vous permettait de mener une vie de niveau confortable par rapport à votre environnement socio-économique.
    Manger largement à votre faim, se vêtir cher, vous offrir des vacances de rêves, partager votre bonheur avec votre entourage…
    Mais aujourd’hui, plus rien!
    Plus de boulot (parce que tout commence par là), plus d’argent, plus de voiture, plus de vacances de rêves…Plus rien!
    TombéVous avez perdu les caractéristiques de votre ascension sociale, vous avez descendu une marche de la pyramide de Maslow peut être même deux ou trois, dans tout les cas vous avez chuté d’une hauteur sociale, vous êtes tombé!Tout perdu
    Vous avez perdu tout ce que vous vous êtes battu des années à vous approprier.
    Mais les russes vous disent que “Tomber est permis…”.

    La VIE vous autorise à tomber. Il peut vous arriver de tomber.Il peut vous arriver de perdre tout ce qui vous caractérise dans la société.

    toutperduPerdre votre boulot bien payé, votre belle voiture, votre maison… Même votre famille, vos amis, votre compagne. Il peut vous arriver de TOUT perdre, même ce qui vous semble acquis de nature.

    Et même si votre famille, vos amis, votre compagne, votre entourage ne vous le permettent pas, LA VIE VOUS LE PERMETS.

    Sachez que votre plus grande force sera de vous relever comme nous le rappelle Napoléon BONAPARTE:”la plus grande gloire d’un homme n’est pas d’être élevé mais de se relevé quand il est tombé”.

    Steve JOBS par exemple, n’est pas seulement admiré pour ses idées et ses créations mais aussi parce qu’il a su revenir et sauver Apple qu’il a co-créé et dont il a été viré quelques années auparavant. Il a traversé une période difficile après son licenciement, il est tombé mais il ne s’est pas laissé faire. Il s’est relevé et est revenu plus fort!

    “…se relever est ordonné”téléchargement

    “Ordonné”, c’est un ordre. Vous devez vous relever!

    Peu importe la hauteur de votre chute, peu importe ce que vous avez perdu, peu importe ce qui vous est arrivé dans la vie…VOUS DEVEZ VOUS RELEVER!’

    C’est un ordre! Et rappelez-vous qu’un ordre est un commandement qu’on ne discute pas. On se gausse de ce que vous en pensez, de ce que vous avez à dire. On ne discute pas les ordres, on les exécutent!

    “se relever est ordonné”

    images (20)Mais pourquoi devez-vous absolument vous relever?

    Et d’ailleurs, qui vous ordonne de vous relever?

    Vous devez vous relever même si cette chute est perçue comme un échec et en effet, ça en est un. Mais un échec n’est pas un échec. Cet échec là prépare votre réussite. Lorsque vous chutez d’une hauteur ce qui doit vous intéresser c’est ce qui vous a fait tomber et non l’endroit où vous êtes tombé. Les chinois l’ont compris:”quand vous perdez, ne perdez pas la leçon”. La leçon que vous aurez tiré de cet échec vous permettra d’affronter et de braver l’écueil qui vous a fait tomber et ainsi traverser une étape et au final avancer vers votre objectif. Vous devez comprendre que les échecs nous enseignent des leçons. Ce ne sont pas des ennemis de notre réussite mais des conseillers et des guides. C’est ça que vous devez garder à l’esprit.

    Une fois que vous avez compris ça VOUS DEVEZ VOUS RELEVER parce qu’en réalité votre chute vous rapproche un peu plus du succès.images (5)

    Evidemment, c’est difficile à vivre mais VOUS DEVEZ VOUS RELEVER parce que si vous restez sur le carreau à vous plaindre, votre chute n’aura servi à rien et à vous en plaindre vous en attirerez d’autres.

    “Se lamenter sur un malheur passé,voilà le plus sûr moyen d’en attirer un autre.” William Shakespeare.

    Si vous ne vous relevez pas, vous jetez l’éponge, vous n’essayez plus, vous échouerez à coup sûr et définitivement. Beverly Sills nous le rappelle:”vous risquez d’être déçu si vous essayez, mais vous êtes voué à l’échec si vous n’essayez pas”. Et au passage vous donnerez raison à ceux qui vous croit incapable de réussir.

    CaptureLa vie vous ordonne de vous relever. Et si vous arrêtez de poursuivre ce but qui vous semble digne et important pour votre vie; en réalité vous n’êtes plus épanoui dans votre vie, vous ne vivez plus vraiment, vous végétez, vous vous éteignez subtilement. C’est à peu près analogue à celui qui meurt noyé dans une piscine. Ce n’est pas le fait d’y être tombé au fond qui cause la mort, mais le fait d’y rester.Vous devez vous relever pour cet objectif ou ce projet qui vous préoccupe.images (1)

    N’oubliez pas que les moments difficiles ne sont pas permanents, ils sont de passage pour nous former et nous enseigner. Ils nous arrivent pour nous tailler en vue de nous rendre meilleur.

    D’ailleurs, Alfred DE MUSSET l’a écrit dans la nuit d’Octobre: “l’homme est un apprenti, la douleur est son maître, nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert”.